Index égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : les bons chiffres de l’association ALHPI

 

Conformément à la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, les entreprises d’au moins 50 salariés ont l’obligation de mesurer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes, de publier leur résultat et, le cas échéant, de réduire ces écarts.

La note globale de l’association ALHPI est de 99/100 sur les données 2022.

Pour les entreprises de moins de 250 salariés, l’index sur 100 points se calcule à partir de 4 indicateurs :

L’écart de rémunération entre femmes et hommes (39 points)
Cet indicateur permet d’observer la différence entre la moyenne des rémunération des hommes et celles des femmes, l’objectif étant d’atteindre un écart de zéro, soit une égalité parfaite. Noté sur sur un maximum de 40 points, la note pour ALHPI est de 39 points.

L’écart de répartition des augmentations individuelles (35 points)
Cet indicateur permet de comparer le pourcentage de femmes et d’hommes ayant perçu une augmentation dans l’année. L’entreprise doit accorder les mêmes augmentations aux femmes qu’aux hommes à 2% ou 2 personnes près. Noté sur un maximum de 35 points, la note pour ALHPI est de 35 points.

La parité parmi les 10 plus hautes rémunérations (15 points)
Avec 6 femmes parmi les 10 plus hauts salaires, ALHPI obtient ici la note maximale de 10 points.

Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé maternité (10 points)
Une entreprise peut obtenir le maximum de points si elle accorde une augmentation à l’ensemble des femmes revenant d’un congé maternité. C’est le cas pour ALHPI qui obtient la note maximale de 15 points.

Si ces chiffres sont excellents, il faut toutefois souligner qu’ils n’ont rien d’étonnant étant donné que l’association ALHPI s’adosse pleinement sur les grilles conventionnelles et que la répartition hommes/femmes au sein des établissements et services est, à l’image du secteur médico-social, de 2/3 de femmes pour 1/3 d’hommes.

ALHPI se mobilise pour le Ségur pour Tous

Sur fond de crise sanitaire du Covid-19, d’une reconnaissance publique puis politique de l’importance des métiers du soins, le secteur de la santé, du médico-social et du social a pu bénéficier ces derniers mois de revalorisations salariales attendues depuis plusieurs années.

Malheureusement, en dépit de cette bonne nouvelle, si les dispositifs Ségur et Laforcade ont ainsi augmenté les salaires de 183 € net (pour un équivalent temps plein) pour la grande majorité des métiers de notre secteur, quelques emplois en dehors du champs éducatif, social ou paramédical se retrouvent exclus du périmètre des revalorisations.

Au niveau de l’association ALHPI ce sont 17 salariés « Oubliés du Ségur » qui se voient ainsi discriminés.

A l’instar de toutes les associations, de tous les établissements et services médico-sociaux de France, ALHPI se mobilise pour faire entendre sa voix. L’objectif est clair : faire prendre conscience aux pouvoirs publics de ces inégalités de traitement, du sentiment de malaise social face à cette injustice pour espérer l’extension de la revalorisation à tous les personnels de l’association.

Dans ce contexte, les équipes ALHPI se sont engagées dans le mouvement « Un Ségur pour Tous » autant par des initiatives locales que régionales.

Retour sur l’Assemblée générale 2022

Le 16 juin dernier avait lieu l’assemblée générale de l’association ALHPI. Organisée à la maison des clubs de Sassenage, plus d’une soixantaine de personnes a fait le déplacement malgré des conditions météorologiques défavorables dues aux fortes chaleurs estivales.

Les yeux rivés tantôt sur la projection, tantôt sur les intervenants et armés de bouteilles d’eau pour s’hydrater régulièrement, administrateurs, salariés, personnes accompagnées, représentants des familles, partenaires, tous les présents ont alors pu assister à la présentation d’1h30. 

Au programme :
  • Rapport moral, présenté par le Président Daniel CELSE ;
  • Rapport d’activités 2021 des établissements et services, présentés par l’ensemble de l’équipe de direction et d’encadrement ;
  • Rapport financier 2021, présenté par Marlène LEVY, directrice adjointe administrative et financière ;
  • Rapport du commissaire aux comptes, présenté par Philippe CREPS.

Après le temps des discours, le temps d’une petite collation pour clôturer l’assemblée générale. Après deux ans marqués par la crise sanitaire, chacun a pu saisir l’occasion de partager un verre et quelques mets préparés par les foyers, ce qui fut un précieux moment de convivialité.